fresque - 1

 La fresque Desjardins de Lévis a été inaugurée le 6 octobre 2006. Elle a été réalisée par l’Atelier L’Émérillon pour la Caisse populaire de Lévis, la Commission de la capitale nationale et la Ville de Lévis. On peut la voir rue Monseigneur-Gosselin.

La Société d’histoire régionale de Lévis a émis des réserves importantes au sujet de cette oeuvre dans le numéro 104 de sa revue, La Seigneurie de Lauzon. C’est dans ce numéro de l’hiver 2007 qu’a paru le texte suivant :

fresque - 2

UN PEU PLUS ET LE PREMIER COLON DE LA SEIGNEURIE DE LAUZON NE FIGURAIT PAS DANS LA FRESQUE!

La ville de Lévis n’obtient pas des notes suffisantes en histoire, hélas, hélas ! Un fait qui s’ajoute à d’autres l’indique, un fait que rapporte la revue publiée par la Société d’histoire régionale de Lévis : « Sans l’intervention de son président, écrit la SHRL, on aurait oublié de représenter le premier habitant de notre région, Guillaume Couture, sur la fresque que l’Atelier L’Émerillon est en train de réaliser sur le mur ouest du Centre d’éducation physique du Collège de Lévis » (La Seigneurie de Lauzon, numéro 103, Automne 2006, p. 17).

Pour réparer l’oubli, on a retouché un personnage déjà peint sur la fresque; ce personnage était un Amérindien; il figurait en compagnie d’autres Amérindiens, dans un campement. On peut voir ce petit campement à l’extrême droite de la fresque. Rappelons que Couture a été un personnage exceptionnel de la seigneurie de Lauzon et de la Nouvelle-France; colon, il a aussi joué d’autres rôles.

Roger Martel (le Passeur de la Côte)

LE RÔLE DE L’HISTORIEN

L’historien, interprète du passé, n’est ni un juge, ni un prédicateur, ni un prophète. Il se limite à décrire aussi exactement que possible ce qui s’est réellement passé. Sans préoccupations apologétiques ou patriotiques. Il n’a pas la mission d’accuser, de condamner, d’excuser ou de louer. Il n’a que celle d’expliquer en remontant aux causes, sachant très bien que celles-ci ne seront toujours que les causes secondes. (Michel Brunet, Canadiens et Canadiennes, 1954.)

Publicités

À propos de Le Passeur de la Côte

Le Passeur de la Côte, Roger Martel, est un Québécois. Membre de la Société des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) de 1981 à 2007. Membre fondateur de la Société québécoise d'histoire de la pharmacie. Membres de plusieurs sociétés d'histoire. Principal artisan bénévole de la publication de huit numéros de la revue trimestrielle de la Société d'histoire régionale de Lévis. Metteur en page bénévole du journal de l’école primaire Saint-Dominique de Lévis de 1986 à 1998 en qualité de père d’élèves, puis de parent d’anciens élèves. Collaborateur bénévole depuis 2013 d'une organisation qui aide les personnes étrangères arrivées récemment au Québec à s'installer dans leur nouveau pays et à s'intégrer à leur nouvelle collectivité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s